Bienvenue
La ville - Bienvenue

Bienvenue

Partagez

Ville de nature, d’art et de patrimoine, Mont-Saint-Hilaire met l’accent sur sa qualité de vie exceptionnelle. La préservation des milieux naturels d’intérêts, la qualité remarquable de ses parcs tout comme la richesse de son histoire et de son patrimoine sont au cœur de sa nature.

Elle met également un point d’honneur à offrir les meilleurs services possibles à sa population de 18 810 habitants, tout en maintenant un niveau de taxation avantageux. Les Hilairemontaises et les Hilairemontais profitent également de commerces spécialisés qui font l’envie de la région!

Située à l’extrémité est de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), Mont-Saint-Hilaire bénéficie des avantages de la proximité de Montréal tout appréciant le calme de la montagne, réserve mondiale de la biosphère de l’UNESCO, de même que le cours paisible de la rivière Richelieu. Berceau du grand peintre Ozias Leduc, de son légendaire élève et auteur du Refus global Paul-Émile Borduas ainsi que du célèbre artiste Jordi Bonet, son histoire a aussi marqué celle du Québec. Tout cela, et plus encore, en fait une ville à dimension humaine hors-pairs, propice à l’épanouissement des personnes et des familles.

Quelques statistiques*

Population totale**18 810
GentiléHilairemontais-aise
Municipalité régionale de comté (MRC)Vallée-du-Richelieu
Circonscription électorale provincialeBorduas
Nombre d’unités d’habitation8 185
Écoles (3 primaires, 1 publique secondaire, 1 privée secondaire) 5
Longueur de rues urbaines (km)110,96
Longueur de rues rurales (km)20,39
Commerces et industries (incluant commerces dans les résidences)422
Exploitations agricoles102

*Dernière mise à jour : janvier 2016
**Source : www.mamrot.gouv.qc.ca/repertoire-des-municipalites

Pour connaître plus en détails le profil socio-démographique de Mont-Saint-Hilaire, vous pouvez consulter : Institut de la statistique du Québec : www.stat.gouv.qc.ca


Nature, art et patrimoine

La Ville de Mont-Saint-Hilaire jouit d’un site exceptionnel à flanc du mont Saint-Hilaire, désigné première Réserve de la biosphère au Canada, et bordé par la rivière Richelieu au cœur de la Vallée du Richelieu. Reconnue pour ses valeurs de protection de l’environnement, de développement durable, de préservation de ses richesses naturelles, culturelles et patrimoniales ainsi que pour la diversité des activités artistiques, sportives et de plein air disponibles, Mont-Saint-Hilaire, dont la signature est Ville de nature, d’art et de patrimoine, compte près de 19 000 habitants profitant de ce milieu de vie paisible et propice à l’épanouissement des familles.

Ville de nature

Des attraits naturels incontournables composent son cachet unique. La richesse minéralogique du mont Saint-Hilaire reconnu mondialement pour ses espèces rares, les percées visuelles offertes sur la vallée, la conservation du périmètre de la montagne par l’adoption de mesures de protection, l’aménagement de plus de 40 parcs et la présence d’une vingtaine de vergers sur les flancs du mont permettent de marier et de vivre des réalités à la fois champêtre et urbaine sur un même territoire.

Ville d’art

Ici, les dimensions art et nature sont indissociables. Les paysages bucoliques ont inspiré les plus grands créateurs tels Paul-Émile Borduas, Ozias Leduc et Jordi Bonet dont les œuvres habitent toujours la ville. Ils font partie des grands hommes qui ont marqué l’histoire de l’art au Québec et qui ont laissé leur marque en inspirant des centaines d’artistes représentant aujourd’hui une force vive à Mont-Saint-Hilaire. Le fort potentiel créateur de la communauté culturelle, dont le talent rejaillit au-delà de nos frontières, et la présence de trois institutions muséales depuis plus de 20 ans font valoir, reconnaître et découvrir les arts sous toutes ses formes.

Ville de patrimoine

Historiquement, la pomiculture fut la plus importante industrie de Mont-Saint-Hilaire. Aujourd’hui, des milliers de visiteurs fréquentent les vergers pour y cueillir et croquer la pomme. Les pomiculteurs pratiquent ce métier de père en fils pour s’assurer de garder vivant ce patrimoine. Les lieux de résidence des artistes de renom, le Manoir Rouville-Campbell, les moulins, le chemin de la Montagne et le secteur du vieux village font partie des zones d’intérêt du territoire et constituent des éléments incontournables du patrimoine bâti et paysager que la Ville s’efforce de valoriser pour les générations d’aujourd’hui et celles de demain.


Ville universitaire

L’Université McGill à Mont-Saint-Hilaire depuis 1859

C’est le brigadier Andrew Hamilton Gault qui a fait don de son domaine, sur le mont Saint-Hilaire, à l’Université McGill. Depuis 1859, l’Université McGill a permis de produire plus de 400 articles scientifiques, près de 100 mémoires de maîtrise et thèses de doctorat, plus de 50 rapports et environ 30 chapitres ou livres traitant du mont Saint-Hilaire.

Chaque année, on compte plus de 400 étudiants universitaires, principalement aux études avancées (maîtrise et doctorat). Plus d’une douzaine de « cours terrain » se donnent sur ce campus. Les domaines d’études sont étendus : géographie, limnologie (étude des eaux continentales), écologie terrestre, écologie aquatique, étude des sciences du bois et de la forêt, flore montérégienne, biodiversité et écosystèmes. L’université accueille également des rencontres de chercheurs ou des laboratoires de recherche.

Consultez le site de la Réserve naturelle Gault pour en savoir plus sur les projets de recherche en cours.

Un domaine protégé, une forêt unique

Au moment de léguer une partie de la montagne à l’Université McGill, le brigadier Gault a souhaité que : « … sa beauté et ses charmes puissent être préservés pour les générations futures, non seulement pour l’intérêt qu’ils présentent pour l’université, mais aussi et grâce aux enseignements que l’on pourra en tirer, comme un héritage dont la jeunesse canadienne pourra profiter et jouir. » Par la suite, l’Université McGill a procédé à l’achat d’autres terrains, particulièrement du côté sud de la montagne. Aujourd’hui, la Réserve naturelle Gault compte plus de 1 005 hectares.

Suivant le souhait du brigadier, ainsi que d’Ozias Leduc et d’autres sympathisants d’une ville de nature, Mont-Saint-Hilaire veille à préserver le piémont et des espaces boisés en milieu municipal. Aussi, la Réserve naturelle du piémont du mont Saint-Hilaire compte maintenant près de 91 hectares, dont plus de 34 hectares qui appartiennent à la Ville. Il s’agit de la plus grande réserve naturelle en milieu urbain du Québec!

La forêt que la montagne abrite est la plus ancienne forêt vierge du sud du Québec. Des arbres de 400 ans s’y trouvent en compagnie de plus de 600 espèces de plantes, dont plusieurs sont rares, voire menacées de disparition au Québec/Canada. Pas moins de 800 espèces de papillons les butinent! Le mont Saint-Hilaire est également un site minéralogique unique au monde avec plus de 370 variétés minérales, dont 50 sont totalement nouvelles! Notre montagne représente donc une richesse patrimoniale exceptionnelle. En 1978, le mont Saint-Hilaire désigné première réserve de biosphère au Canada par l’UNESCO. Haut de 413 mètres, le mont Saint-Hilaire est aussi reconnu comme Refuge d’oiseaux migrateurs et accueille l’emblème aviaire de la Ville : le faucon pèlerin.

La nature au centre d’une collaboration

La Ville de Mont-Saint-Hilaire travaille depuis de nombreuses années avec le Centre de la nature. Les compétences et l’expertise développées par cet OBNL sont remarquables pour notre région. De nombreuses études de caractérisation des arbres, incluant l’identification des arbres exceptionnels, sont réalisées par les spécialistes du Centre de la nature, en collaboration avec la Ville. Ces travaux se font, par exemple, avant des projets de construction.

Ses compétences sont également mises à profit pour cartographier des milieux humides et des écosystèmes forestiers exceptionnels. De plus, le Centre de la nature veille à maintenir l’inventaire des espèces à statut précaire. Il étudie l’effet des espèces envahissantes telles que l’agrile du frêne. Il travaille à la mise en place de solutions pour les parcs de la ville ainsi que d’interventions ciblées par les éco-conseillers auprès des citoyens.

Plusieurs projets d’acquisition et de gestion de la Réserve naturelle du Piémont du mont Saint-Hilaire se font en partenariat entre la Ville et le Centre de la nature. De même, son expertise est formidable lors de projets de revitalisation de parcs, notamment pour les milieux humides et les boisés tels que les parcs du foyer Savoy ou celui de la gare.